Chanson emblématique « C’est si bon » de Henri Betti, un standard international

C’est une chanson qui nous ressemble. "C’est si bon", parce que c’est si bon
          "C’est si bon", composée en 1947 par Henri Betti, met quelques années à s’imposer comme un standard international, y compris grâce à une version en anglais qui en conserve le titre, devenu un cliché francophone comme "la vie en rose".

La chanson « C’est si bon », écrite en 1947 par Henri Betti, a mis du temps à devenir un succès mondial, notamment grâce à une adaptation en anglais qui a conservé le titre original. Cette chanson est devenue un incontournable de la musique francophone, tout comme « la vie en rose ».

Une exploration des succès mondiaux des musiques francophones

En collaboration avec l’exposition « C’est une chanson qui nous ressemble – Succès mondiaux des musiques populaires francophones » à la Cité internationale de la langue française de Villers-Cotterêts, ces chroniques se penchent en détail sur les histoires présentées.

Cette chanson, bien connue du grand public, cache pourtant une histoire méconnue. En effet, Henri Betti, compositeur et chanteur, a offert au monde un standard incontournable : « C’est si bon ». Cette chanson est célèbre à la fois dans sa version originale, avec les paroles d’André Ornez, et dans une version anglaise portant le même titre.

« C’est si bon » a été adaptée en anglais, en allemand, en hébreu, en suédois, en polonais, en japonais, en danois, en néerlandais et même en yiddish. Elle partage cette particularité avec un autre grand classique français enregistré par Louis Armstrong en 1950, sur l’autre face du même disque 78 tours. « C’est si bon » et « La vie en rose » sont ainsi les deux piliers d’une vision romantique de la France.

L’histoire de la genèse de cette chanson est typiquement française. En été 1947, à Nice, le compositeur Henri Betti, inspiré devant la vitrine d’une boutique de lingerie féminine, compose un thème de neuf notes. Les paroles, écrites par André Ornez, sont proposées à Yves Montand en même temps qu’un autre titre composé par Betti et dont les paroles ont été écrites par Édith Piaf elle-même pour son ancien amant. Yves Montand enregistre « Mais qu’est-ce que j’ai? » et refuse « C’est si bon », ce qui conduit à ce que la première version enregistrée soit celle de Jean Marco avec l’orchestre de Jacques Hélian.

A lire aussi  Cours de chant à Paris : l'impact du chant sur le stress

Dans cet épisode de « C’est une chanson qui nous ressemble », vous pourrez écouter des extraits de différentes interprétations de « C’est si bon » par Henri Betti en 1959, Louis Armstrong en 1950, Yves Montand en 1947, Jacques Hélian et son orchestre avec Jean Marco en 1948, Johnny Desmond en 1950, Yves Montand en 1948, Yves Montand en 1964, Eartha Kitt en 1953, Cliff Richard & The Shadows en 1963.

Pour aller plus loin dans cette exploration, vous pouvez consulter le livre « C’est une chanson qui nous ressemble » aux éditions du Patrimoine.

Pour suivre l’actualité de cette chronique, rendez-vous sur le compte Twitter de Bertrand Dicale.

Source de l’article : Francetvinfo

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *