Chef d’orchestre Raphaël Pichon redonne vie à un opéra perdu de Rameau au Festival d’Aix

Festival d'Aix : le chef d'orchestre Raphaël Pichon redonne vie à un opéra perdu de Rameau
          Le maestro à la tête de l'Ensemble Pygmalion, spécialiste de musique baroque et admirateur de Jean-Philippe Rameau (1683-1764), a été invité par le festival à travailler avec le metteur en scène Claus Guth.

L’Ensemble Pygmalion est dirigé par un chef d’orchestre renommé, passionné de musique baroque et grand admirateur de Jean-Philippe Rameau, compositeur du XVIIIe siècle. Ce talentueux musicien a été convié par le festival à collaborer avec le célèbre metteur en scène Claus Guth.

Le chef d’orchestre Raphaël Pichon a entrepris de redonner vie à un opéra perdu et censuré, intitulé « Samson », pour le Festival d’art lyrique d’Aix-en-Provence. Cette création mondiale de « Samson » 2024 est pour lui l’occasion de mettre en lumière des thématiques telles que l’expression de la foi, le fanatisme, la destinée politique et l’ambivalence de la nature humaine.

« Jeu de piste »

L’opéra « Samson », composé en 1733 sur un livret de Voltaire, a été censuré l’année suivante en raison d’accusations d’impiété et d’atteinte à la vérité biblique. Malgré une tentative ultérieure, l’opéra a été interdit, sa partition perdue et le livret original disparu. En s’appuyant sur la correspondance entre Voltaire et Rameau, Raphaël Pichon a pu retracer une partie de la musique de « Samson » dans les opéras ultérieurs de Rameau. Ce processus a été décrit comme un « jeu de piste » visant à reconstruire l’œuvre originale.

Le chef d’orchestre a collaboré avec Claus Guth pour élaborer un scénario et donner naissance à une nouvelle partition de l’opéra. Cette recréation se veut fidèle à l’esprit de l’œuvre initiale, sans pour autant être une simple reconstitution. Le but était de redonner vie à cette musique exceptionnelle en évitant toute artificialité.

« Indications de Voltaire »

La mezzo-soprano Lea Desandre interprète le rôle de Timna, un personnage inventé pour l’occasion. Tous les artistes impliqués dans le projet ont dû faire preuve de créativité pour donner vie à leur personnage. Des indications laissées par Voltaire à la fin de sa vie ont également été utilisées pour orienter la création.

A lire aussi  Aya Nakamura : colosse de la chanson française, succès à l'étranger

Jusqu’au 18 juillet, le public pourra découvrir une version condensée de l’opéra, plus nerveuse et électrique que les créations habituelles du XVIIIe siècle. La présence de musique électronique et le rôle central du chœur apportent une dimension moderne à l’œuvre. Les rôles principaux sont tenus par le baryton Jarrett Ott (Samson), la soprano Jacquelyn Stucker (Dalila) et l’actrice Andréa Ferréol (la mère de Samson).

Source de l’article : Francetvinfo

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *